18-04-2016

Aperçu sur la ville de Maghnia

Maghnia est l’une des daïras de Tlemcen, elle constituait depuis longtemps un trait d’union entre l’Algérie et le Maroc. Elle est devenue pendant l’occupation romaine une caserne militaire et on leur donna le nom de « numerus syrorum » en rapport avec les armés qui sont venues de l’orient  pour s’y installer. La ville porte le nom d’une femme pieuse qui accomplissait le pèlerinage chaque année, et un jour la caravane s’arrêta dans la région, alors la pieuse femme l’admira et décida de s’y installer. Effectivement elle y resta jusqu’à ce que la mort l’emporte. Sa progéniture fonda le noyau de ce qui va devenir ultérieurement la ville de Maghnia et jusqu’à présent sa dynastie est encore dans la ville.

         L’islam se propage dans la ville au début du septième siècle grâce aux tribus nomades qui se déplaçaient en quête de stabilité. Elle fut colonisée par l’armée française en 1836 sous le contrôle du général Beidou qui y fonda une caserne militaire sur les ruines de l’ancienne ville. Ce général modifia le nom de la ville lorsqu’il découvre le tombeau de  la sainte femme pour en devenir « Marnia » et ce fut en 1844. La ville avait un caractère militaire jusqu’en 1922 où fut instauré le premier conseil municipal à majorité juive.

Sa position géographique

         Sise au nord ouest de l’Algérie, Maghnia est une extension de la plaine « Angade » au beau milieu des montagnes de Fellawsane et Trara jusqu’aux monts de Beni Znassene au nord. Limitée au sud par les montagnes de Asfour, et à l’ouest par la ville de Oujda et Taza, tandis qu’à l’est c’est la ville de Tlemcen qui la borne. Maghnia s’étend sur une superficie de 294km2 avec une densité démographique d’environ 96,302 d’après les statistiques de 1998.sur le plan administratif, la ville de Maghnia est limitée au nord par la commune de Swani, au sud par la commune de Béni Boussaid, à l’est par la commune de Hamame Boughrara et à l’ouest par le royaume marocain.

Le terrain (La topographie de Maghnia)

         Maghnia est considéré comme le centre le plus important de l’extrême ouest de l’Algérie, elle constitue le début de la grande  plaine de Trifa jusqu’au haut plateau de Sabra. Cette plaine est limitée au sud par les montagnes de Daglane et Rass Asfour et au nord par les monts qui mènent à la mer méditerranéenne.

Le climat

         Bien qu’elle ne se trouve qu’à quelques encablures de la mer, le climat de Maghnia est de nature aride caractérisé par un hiver froid et pluvieux qui s’étale depuis le mi d’octobre jusqu’au mois de mars, et d’un été très chaud qui s’étale depuis le mois de juin jusqu’au mois de septembre. Ce qui donne à la région un climat semi aride. Quant à la pluviométrie, elle se situe entre 350mm et 400mm par an alors que la température est comprise entre 18 et 30.

Le caractère agricole

         Maghnia est une ville à caractère agricole, ses terres sont fertiles et riches en production. Ses terres sont comprises entre deux zones différentes du coté biologique, les monts de Trara au nord et ceux de Tlemcen au sud. Le sud de Maghnia se caractérise par des terres relativement plates dont l’altitude ne dépasse pas les 300metres. Tandis que la région est, est une zone montagneuse dont l’altitude avoisine les 400 mètres, et la plus haute région montagneuse se trouve dans les monts de Aarare et elle atteint 544metres.

Parmi les figures emblématiques de la région, on peut citer le premier président de l’Algérie indépendante : Ahmed Benbella.